jeudi 11 septembre 2014

Garde-frontière

Je ne sais pas pour vous, mais moi je tiens à ma tranquillité quand vient l'heure de me sustenter. Malheureusement j'ai vite compris qu'il s'agissait d'un privilège qui restait encore à conquérir sous mon toit.
 
 
 
La cuisine n'étant séparé du reste de la maison par aucune porte, il me fallait créer une barrière psychologique contre mes envahisseurs.
 
  
 En étant ferme et directe. 
 

 
...Ca a bien marché le temps que ça a duré. Il fallait autre chose.

 
 
Je décidais donc de mettre en place un repère visuel qui servirait d'appuie à ma barrière psychologique.



  
 
Ma frontière de fortune semblait bien fonctionner. Mais un morceau de nourriture tombé à terre est une chose irrésistible pour un canidé.  

 
 
La tentation devient trop forte. Comment contourner la règle et accéder à la zone interdite pour s'emparer de l'appât ?
 
 
Les chiens comprennent alors que la solution se trouve dans la ruse. Cette fois ce ne sera pas le plus rapide mais le plus malin qui mangera.
 
A ce petit jeu, chacun a sa technique, rivalisant d'inventivité.
Il y a tout d'abord la technique dite " d'1 2 3 soleil.

 
 
On s'approche très doucement, en restant dans la même position.
 
 
Jusqu' à atteindre la frontière sans éveiller l'attention.
 
 
Cependant, cette technique a ses limites. Si la frontière visuelle fonctionne pour un animal, elle fonctionnera également pour un humain.
 
Une autre ruse consiste à purement et simplement à prétendre que la règle ne nous concerne pas. Tout l'art de cette stratégie réside dans une attitude la plus naturelle possible.
 
 
Mais tout le naturel du monde ne pourra rendre invisible aucun gros animal velu.
Mention spéciale tout de même : Quand on peut habilement déplacer les limites, inutile d'essayer de les franchir.

 
 
Il faut seulement que cela n'ait pas l'air intentionnel.
 
Mais ne jugeons pas trop durement la gloutonnerie aveugle dont font souvent preuve les animaux. Dans leur esprit la nourritures est liée de façon bien plus concrète que nous à la survie. Dans la nature règne la raison du plus goinfre. La loi du gras est inscrite dans leurs gênes. En chaque chien dodu se cache d'une certaine façon un loup qui a réussi.
 
 
Par ailleurs un chien qui a toujours faim est un animal qui veut vivre, qui se soucie de sa propre existence. La nourriture est donc quelque part reliée à une forme d'amour propre.


1 commentaire:

  1. Ptdr! C'est ce que tu m'avais raconté l'autre fois! ^^ Trop génial!

    RépondreSupprimer